La naissance de LANA YUKI


Je me suis mariée avec Rindra en 2008 et à partir de l’année 2009 nous avons eu à cœur d’être parent, mais cela n’était pas possible pour des raisons qu’on l’ignorait. Je commençais ainsi à voir des médecins, allant d’un gynécologue à un autre, à suivre tous les conseils qu’on me donnait genre : il faut faire un massage, il faut manger telles choses, il ne faut pas se fatiguer et j’en passe.


J’avais beaucoup de moments de déception et de questionnements genre je ne suis certainement pas une bonne mère, je ne mérite certainement pas d’avoir des enfants, pourquoi cela n’arrive qu’à moi etc...


A l’époque, en dehors de mon travail habituel, j’étais monitrice de l’école de dimanche de mon église locale, responsable d’une association qui s’occupe des enfants de la rue, et il m’était passé par l’esprit de tout abandonner pour ne pas se fatiguer.


Comme quoi, je me laissais totalement dominée par des pensées humaines et négatives et je ne saisissais pas la souveraineté et la puissance de Dieu.


En 2010, je commençais à me fatiguer à aller partout chercher des solutions. Cependant, à un moment donné, en faisant une lecture biblique, cette parole dans Esaïe 41 : 10 m’est donnée « Ne crains rien, car je suis avec toi; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante ». Je me suis donc ressaisie en me disant, ok très bien, je ne dois pas être inquiète, ça va aller et l’espoir renaît.


Quelques mois plus tard, mauvaise nouvelle j’ai appris que j’avais un kyste ovarien et qu’il doit être opéré car sa taille était au-delà de 5,5cm. Tout espoir retombait à nouveau avec beaucoup de peur, notamment de l’opération. Mais ce moment a permis à Rindra de me rappeler le verset qui m’a été donné.


Un gynécologue m’a prescrit des médicaments à prendre quelques semaines avant la décision de la date d’opération. Entre temps, je continuais à aller à l’église et un dimanche, il a été annoncé la venue d’un ou deux missionnaires suisses donnant gratuitement des séances d’échographie pour une semaine seulement. Je me suis inscrite et y suis allée.


Etant un peu déboussolé, je vous avoue ne pas avoir encore pris les médicaments que le médecin m’avait prescrits. Un lundi, je me suis ainsi rendue à l’endroit où ces médecins suisses consultaient et là un miracle s’est produit, le kyste en question n’était plus là, il s’est résorbé. Ces médecins ont pourtant regardé la version imprimée de l’échographie venant de mon gynécologue que j’avais emmenée et sur laquelle on voyait clairement mon kyste droit.


Alors un de ces médecins m’avait demandé si j’avais pris des médicaments et avec les yeux grands ouverts et intrigués je lui ai dit que non. Il me dit : « rendez gloire à Dieu, il n’y est plus ». A ce moment-là je ne saurai pas vous décrire ce qui se passait en moi, j’étais moi-même témoin de la résorption de ce kyste et je n’en revenais pas.


Sur le chemin de retour le verset de Esaïe 41 :10 m’est revenu et c’est à ce moment-là que je me suis dit, « woaouh !!! d’accord Seigneur je ne sais pas ce que tu es en train de me faire vivre mais j’accepte de suivre ta voix et de ne plus m’inquiéter ».


Les jours ont passé et je trouve plaisir à lire la parole de Dieu et à mémoriser Ses promesses. Je me rendais compte qu’il était en train de transformer mon cœur et ma façon de penser sur Sa Puissance. Il est dit dans Esaïe 55 : 8 -9: « Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l'Eternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.… »


Un beau jour, j’étais debout devant l’assemblée durant lequel, j’ai exprimé le fait que j’accepte de ne pas avoir d’enfant si tel est la volonté de Dieu et que j’accepte de vivre pour Lui et faire Sa volonté. Humainement c’est très dur de dire ça, c’est dur d’accepter tout simplement la situation, mais le Seigneur m’a donné un calme indescriptible dans le cœur après l’avoir exprimé. L’ensemble des personnes qui étaient présentes avait à cœur de prier pour Rindra et moi.


Quand j’ai annoncé aux parents cette « acceptation », dans nos discussions courantes, ils ne comprenaient pas mon calme en disant cela. Ils étaient quelque part tristes et désemparés, ils disaient qu’il ne faut pas baisser les bras. Mes parents se sont même préparés à nous offrir une FIV ou une fécondation in vitro à l’étranger. Je leur ai répondu en ayant cette paix dans le cœur, que même si on dépense des millions et des milliards, si ce n’est pas dans la volonté de Dieu, cela ne se réalisera jamais, et que si c’est dans Sa volonté, il peut changer toute situation en un instant, car il est souverain et TOUT puissant.


A ce moment-là, je réalisais que cette épreuve n’était pas que pour Rindra et moi, mais aussi pour nos proches et j’étais convaincue que Dieu a un merveilleux plan non seulement pour nous mais aussi pour nos familles et toutes les personnes qui nous fréquentaient.


Avec cette décision de tout abandonner entre les mains du Seigneur, je Lui ai demandé ce qu’il veut que je fasse dans ma vie. Des jours se sont passés et maintes fois j’entendais la notion de pardon, que ce soit à l’église ou dans la voiture, à la TV, dans mon entourage etc. C’est ainsi que Dieu m’a mis à cœur de pardonner et demander pardon à une personne particulière en 2011. Cet épisode de ma vie ferait l’objet d’un autre témoignage, mais là où je veux en venir c’est que Dieu me parle à travers différentes situations sur l’obéissance que je lui dois.


En 2012, Mon travail à l’époque était assez physique, je me déplaçais beaucoup pour organiser des événementiels ou des réunions clients. Donc point de vue santé, j’avais l’habitude d’avoir des dérèglements hormonaux. Cependant, au mois d’avril de cette année (2012), à un moment où on s’attendait le moins, j’ai appris que j’étais enceinte. Alors vous imaginez la joie !


Une autre épreuve survenait, il s’agit du départ de Rindra pour le Japon, alors que j’étais enceinte, donc son absence aussi pour la naissance de Lana, puisqu’il devait y rester pour 6 mois, mais cette parole dans 2 Corinthiens 12 :9 m’a réconforté : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi »


Pour nous la venue de Lana Yuki est une grâce, un miracle qui nous a encore ouvert les yeux sur la souveraineté du Seigneur. On lui a choisi le nom Lana qui est un nom grec qui signifie « Lumière » et Yuki un nom japonais qui veut dire « grâce, bonheur et richesse ».


Nous rendons gloire à notre Dieu et à celui qui a donné Sa vie pour nous, Jésus Christ pour tous ses bienfaits et pour les épreuves par lesquelles on est passé car il est dit dans Romains 8 : 28 nous dit « Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein ».


Je vous laisse ainsi avec ces deux versets que j’aime beaucoup et qui sont gravés dans mon cœur depuis cet instant :

  • « Fais de l’Eternel tes délices et il te donnera ce que ton cœur désire » Psaumes 37 : 4

  • « Dieu fait toutes choses belles en Son temps » Ecclésiaste 3 :11


A Dieu seul soit la gloire. Amen.


#nosamistémoignent

Articles
Articles récents