Une main tendue dans la détresse


Né dans une famille chrétienne, j’ai un frère et deux sœurs.

Comme mon père n’était souvent pas là, c’est ma mère qui a assuré une grande partie de notre éducation.

Ma mère était profondément croyante et chaque fois que l’occasion se présentait, elle nous parlait de sa relation personnelle avec Dieu. D’une certaine manière, nous avons été nourris d’enseignements bibliques à la différence que je considérais ces enseignements comme des leçons de morale auxquelles il fallait se plier.

J’ai été baptisé à l’âge de 11 ans et confirmé à l’âge de 18 ans. Mais honnêtement je n’étais pas conscient de ce que cela impliquait vraiment. Je me disais tout juste qu’il fallait le faire parce que les autres le faisaient.

Etant donné que ma mère nous les rappelait régulièrement, la nouvelle naissance, la repentance étaient des concepts qui ne m’étaient pas étrangers, mais que je ne les vivais tout simplement pas !

Comme tous les jeunes gens, je voulais être libre de faire mes propres choix, profiter de la vie, avoir de « bonnes » expériences (filles, sexe, alcool, etc.).

Je n’avais pas de vie spirituelle, je voulais juste « être bien sous tous les rapports ».

Ma rencontre avec le Seigneur

Bien souvent, nous ne voulons pas associer le Seigneur à nos projets d’avenir. Nous voulons vivre nos vies selon nos propres convictions, nos propres désirs.

Comme pour beaucoup certainement, c’est dans la détresse que j’ai rencontré le Seigneur :

C’était en 2008, ma période d’essai au sein d’une organisation non gouvernementale n’a pas été concluante. J’allais d’entretien en entretien mais aucun n’était positif. Cela faisait 8 mois que je cherchais du travail. Le plus dur était de ne pas pouvoir acheter de cadeau à mon fils le jour de son anniversaire. J’étais au plus bas et complètement désemparé.

Mais le Seigneur veillait. Il attendait juste que je remettre ma vie entre ses mains, que je cesse de calculer, et que je le laisse agir. Me rappelant les enseignements de ma mère, je me mis à genou, pleurant de toutes mes larmes, et j’ai demandé pardon au Seigneur pour tous mes péchés.

A partir de ce moment, La lecture de la Bible et la recherche d’une relation personnelle avec le Seigneur m’ont délivré. Rassuré et comprenant que je devais lui faire confiance et qu’Il agirait au moment opportun, je me suis donc remis à rechercher du travail. Je m’en rappelle comme si c’était hier, il y avait 3 annonces dans le journal Midi qui ont retenu mon attention : une venant d’une société spécialisée dans la télécommunication, une venant d’une grande entreprise agroalimentaire, et une autre venant d’une institution gouvernementale.

Prenant mon courage à deux mains, je décidais donc d’effectuer les 3 entretiens.

De premier abord, l’annonce venant de la société spécialisée dans la communication était la plus intéressante. Mais plus j’évoluais d’entretien en entretien, plus je voyais que Dieu me dirigeait vers l’entreprise agroalimentaire. Je n’étais pas convaincu mais je sentais que Dieu était aux commandes et que je devais laisser faire. J’ai été convoqué 3 fois de suite. La première fois avec le Directeur Commercial et la deuxième fois avec le Directeur Général proprement dit. Le deuxième entretien a été le plus décisif. Je sentais que la main de Dieu était sur moi. Durant cet entretien, j’étais particulièrement à l’aise avec les questions stratégiques que me posait le Directeur Général et je faisais preuve d’une assurance inhabituelle. Je n’étais pas particulièrement anxieux parce que j’avais choisi de tout accepter quoi que le Seigneur décide. Un jour, ils m’ont convoqué pour me dire que j’étais embauché. Durant cet entretien, j’ai appris que mon salaire serait le même que celui que je touchais il y a 8 mois de cela et que mon lieu de travail serait proche de mon domicile. C’était trop beau pour être vrai ! J’étais transporté de joie ! De retour à la maison, nous avons prié ensemble mon épouse et moi pour remercier le Seigneur de sa bonté et de ses faveurs. AMEN !

Ce qui a changé

Une fois que nous choisissons d’accepter le Christ, la vie ne devient pas un long fleuve tranquille ! Après avoir intégré cette entreprise agroalimentaire, il y a eu des hauts et des bas. A plusieurs reprise, ma foi a été mise à l’épreuve, mais loué soit le Seigneur, Il m’a toujours donné la force de les traverser.

J’ai quitté cette entreprise pour me mettre à mon compte en 2011 en tant que graphiste freelance. Entre temps Dieu m’a donné un talent de photographe que je n’arrête pas de développer et il m’a permis d’étudier sa Parole à la faculté de théologie d’Ambatonakanga. Aujourd’hui je partage cette Parole tout autour de moi notamment sur Facebook et je le sers dans mon église en tant que diacre.

Notre connaissance du Seigneur nous amène à le rechercher davantage et à nous engager pour Lui et pour le salut des âmes. Nous ne pouvons garder pour nous-mêmes le salut offert en Christ, nous devons partager cette bonne nouvelle !

Exhortation

A bientôt 40 ans et au regard de mon passé, j’encourage les jeunes à faire tout ce que leur énergie leur permettra d’accomplir, mais que cette énergie soit canalisée vers notre Seigneur.

Dans la fougue de notre jeunesse, nous n’aimons recevoir de leçons de quiconque, croyant que notre intelligence et notre énergie suffiront.

Notre Seigneur chaque jour nous tend la main afin que nous lui confiions les moindres détails de notre existence. Il est écrit dans la Bible que le Seigneur connait le nombre exact de nos cheveux, que c’est Lui qui a tissé toutes nos cellules avant notre venue au monde. Qui mieux que Lui peut nous connaitre et savoir ce qu’il y a de meilleur pour nous ?

Tant qu’il en est encore temps, acceptons de le recevoir dans nos cœurs, de l’accepter comme notre Sauveur personnel. Acceptons de dépendre de Lui car il a promis qu’Il prendrait soin de nos lendemains.

Je terminerai par ce verset tiré de l’évangile de Matthieu :

« Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » (Matthieu 11 : 29-30)

A DIEU seul soit la gloire !

Aro A. RAVELOSON RAKOTOZAFY

#nosamistémoignent

Articles
Articles récents
Témoignages par thème
No tags yet.
Archives
Suivez nous sur
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square